dimanche 23 mars 2014

Faire de la terminologie les deux pieds sur la bavette du poêle / 4


Suite et sans doute fin de mes commentaires sur la fiche poêle (au sens d’appareil de cuisson) du Grand Dictionnaire terminologique (GDT) de l’Office québécois de la langue française (OQLF).


Dans mon billet du 18 octobre 2011, j’avais signalé l’existence d’un problème de formulation dans la note accompagnant la fiche. Deux ans et demi plus tard, aucune correction n’a été apportée.

  
Je rappelle la dernière phrase de la note : « Désignant le même concept que cuisinière, poêle est attesté comme québécisme de langue standard […] ». Le rédacteur vient d’expliquer que poêle a deux sens – qu’il désigne deux concepts : 1) un appareil de chauffage ; 2) un appareil de cuisson. Telle qu’elle est formulée, la phrase est absurde. Il aurait fallu écrire : lorsqu’il désigne l’appareil de cuisson… Et, au fait, que signifie l’expression « attesté comme québécisme de langue standard » ? J’imagine que l’auteur voulait dire que le mot fait partie de la langue standard au Québec. Mais, comme je l’ai montré dans les billets précédents, cela est très discutable.




3 commentaires:

  1. Dans Le Petit Robert, le terme « poêle » ( au sens de « cuisinière »), porte la marque suivante :
    RÉGIONAL (Canada; critiqué).

    Il est très difficile de croire qu'un usage ancien, critiqué, et utilisé surtout à l'oral, puisse faire partie de ce que l'Office nomme « la langue standard », c'est-à-dire la norme linguistique.
    Encore une incohérence sur plusieurs plans : de l'analyse, de la compréhension et du traitement. Assez navrant!

    Christiane Loubier
    Linguiste


    RépondreSupprimer
  2. Vous devriez vous pencher sur le cas de maryse et de spatule. Il s'agit exactement de la même situation, mais dans ce dernier cas, spatule n'est simplement pas indiqué dans le GDT sous le sens de «maryse». Pourtant, le terme spatule est utilisé à tort au même titre que poêle ou échalote verte. Il s'agit de terme qui existent dans la langue courante québécoise. Est-ce standard? Même l'auto-correcteur de votre blog souligne «maryse» comme si c'était une faute, pourtant c'est le terme privilégié.

    RépondreSupprimer